Menuet sur le nom de Haydn de Ravel

Vendredi 7 décembre 2012 § 1 commentaire

Quel bonheur d’accueillir Christine Jeanney dans l’atelier pour ces vases communicants de décembre 2012 dont la liste est ici. Christine Jeanney est une alchimiste. Donnez-lui des photos et chaque jour pendant un an elle transformera l’une d’entre elle en un texte au format contraint dans lequel son écriture s’épanouit en toutes libertés. Donnez-lui des reproductions de tableaux et la peinture deviendra littérature. Aucun média ne lui échappe des séries télévisées d’hier qu’elle transmute en un récit profondément personnel aux moteurs de recherche et à la géospatialisation d’aujourd’hui. Nous avons choisi de partir de la musique pour notre échange et voici ce qu’elle en a tiré en écriture. Ma propre production est chez elle, dans son site tout neuf.




Menuet sur le nom de Haydn

par Maurice Ravel

 

 

Sur les lettres d’un nom –


se posent – comme

on le dirait d’insectes ou

d’oiseaux, posent

la mécanique, une fois les

rouages assemblés

l’ordonnancement pensé qui

fabrique le monde

,se lève doux l’impression

-   folle, prenante

 

offres d’incertitudes – et

 

douceur de perle

 

l’invention coupe les fils

tombe libération

du joug nom-lettres, envol

spectaculaire oh

laisse la lumière étendre,

l’idée de la mer

en oreiller, veine pleine,

&creux qui bat –

les lettres d’un nom sont:

lieu, laisse-les

 

couler & indiquer ce lieu

 

calme dérive, où

être, écoute, peine belle

 

lieu à rejoindre

 


Pour ce vase communicant, et par je ne sais quels signaux, chemins, possibilités évoquées, nous sommes partis Philippe Aigrain et moi sur l’idée de prendre appui sur une musique, et pas n’importe laquelle, Le menuet sur le nom de Haydn de Maurice Ravel.
Ma contribution ici s’est voulue sans doute « contrôlée » ou « maîtrisée », à la recherche d’un espace visuel ou le ressenti trouverait sa place. La maîtrise ou le contrôle étaient bien présents au début, dans mon esprit, mais je dois avouer que malgré sa forme structurée (vers justifiés et croisements) le résultat est aussi surprenant pour moi que s’il avait été écrit sans trame et contrainte de départ. Preuve que la musique est une brave dame qui a bien voulu s’accommoder de mes désirs jusqu’à un certain point, mais qu’elle sait garder ses circonvolutions mystérieuses, et tant mieux.

Christine Jeanney

§ une réponse à Menuet sur le nom de Haydn de Ravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

meta