Hiver fragile

dimanche 17 février 2013 § Commentaires fermés sur Hiver fragile § permalink

oiseaux s’affairent | qui ont senti fragiles | l’hiver et ses brusqueries
des ailes invisibles | un peu plus vite | pulsent le sang analogue
la peau vibre | l’esprit doute | une voix singulière | dit murmure inaudible
idiot, un printemps de plus | ne te fera pas de mal

Soufflée

mercredi 24 octobre 2012 § 1 commentaire § permalink

Je me suis réveillé avec cette phrase parlant en moi :

L'oiseau vole tout droit vers l'écho de son battement d'ailes

Je ne sais pas si c’est une lecture ou une voix poète qui me l’a soufflée. Google ne la reconnait pas.

slash ou pipe

jeudi 16 août 2012 § 1 commentaire § permalink

Lorsqu’un bricolage poétique se moule inconfortablement dans des vers, et que pourtant il présente des accents, des répétitions ou des transformations, l’usage d’un caractère de ponctuation est une solution élégante. Le propre des solutions élégantes, c’est qu’elles peuvent avoir traîné sous vos yeux pendant des années, être utilisées dans le moindre gribouillage de notes pendant une conversation téléphonique, et que pourtant, on ne les a pas identifiées ou on n’ose pas en faire usage. Il a fallu donc que je vois les baleine paysage de Maryse Hache 1 pour me dire que j’étais bien stupide d’aligner laborieusement des retours à la ligne inopérants. Une fois ainsi libéré, j’ai commencé à voir des slash (aka barres obliques) partout. Je me suis mis à les utiliser dans divers bricolages inpubliables. J’ai trouvé ensuite cette belle définition par Stéphane Bataillon de la fonction poétique du slash :

Abolir la frontière
en acceptant de perdre
un peu de son pouvoir

Relier et gravir
d’un penchement de tête.

et pourtant un sourd malaise s’emparait de moi à chaque slash. Pour un informaticien, le slash sert à parcourir des arborescences, il ouvre un sous-chemin, la branche d’une bifurcation, un trajet vers une feuille. Non, c’est la barre verticale qui s’imposait. Les informaticiens de ma génération l’appellent pipe. Ce n’est pas une pipe mais bien un tuyau, un paillepeu avec l’accent toulousain en anglais. Depuis le système UNIX, le pipe sert à brancher la sortie de quelque chose sur l’entrée de ce qui suit. Très différent de l’usage de la barre verticale dans nos gazouillis pour séparer ce qui est nôtre de ce que nous répétons. Le pipe informatique relie et permet des opérations en succession, il ne sépare pas :

t’imaginer au loin | perdre ta trace | projeter ton image | tracer un trait | suivre la flèche | rejoindre nos pas | se perdre au loin | effacer nos traces

  1. Closes mais à retrouver bientôt parait-il sur publie.net []

Une impression de jamais vu

dimanche 22 juillet 2012 § Commentaires fermés sur Une impression de jamais vu § permalink

l’été s’est fait attendre | nous y éveillons sourire aux lèvres | nus debout derniers instants de fraîcheur | petites lampées de café silencieux | autres dits d’été font vibrer les nôtres | radio ressasse la folie | dit rien de l’injustice | un qui se croit sage dit que la combattre est une menace | deux facettes à notre monde suspendu | savourer faveurs du présent | saisir possibles futurs | cet ici et ce presque là nous donnent | une impression de jamais vu

Où suis-je ?

Vous visualisez actuellement la catégorie autres poèmes.