Émulsion

mercredi 12 décembre 2018 Commentaires fermés sur Émulsion

Ça se mélange. Enfin pas vraiment. Ça se disperse les uns dans les autres. C’est nouveau. Et ça craint pour nous.

Avant ça se dispersait chacun chez soi. Ceux qui ont commencé à s’émulsionner, ils ont choisi l’endroit le plus improbable pour ça, là où on ne se rencontre jamais, la mort si on traverse autrement qu’en bagnole, le truc que les ingénieurs des travaux publics des DDE avaient trouvé pour couper tout de tout et qu’ils ont exporté dans toute l’Europe, les giratoires. Mais en italien, il y a Giro giro tondo, Casca il mondo, Casca la terra, Tutti giù per terra,1 et qui aurait pensé en faire un hymne révolutionnaire, mais ils s’y sont planté, les pieds par terre, d’abord on a cru que c’était pour défendre le droit de les parcourir en voiture pour pas trop cher, mais non, c’était pour bloquer, se parler, boire du café chaud et des bières et faire le tour des injustices. Comme il y avait des giratoires partout, devant les raffineries, devant les entrées d’autoroute, devant les gendarmeries même, ça a commencé à bien faire, à ressembler à des actes commis en bande organisée pour porter atteinte à l’ordre républicain, mais les forces ont hésité au début, parce que ce n’était pas les clients habituels.

Les syndicats ont recommencé à manifester avec leurs gros ballons et leurs sonos. Curieusement, même les cortèges de tête ont trouvé que cela ne valait pas la peine de se déplacer. Ce sont deux autres bandes qui se sont mis à s’émulsionner, les climateux et les lycéens. Les climateux d’habitude ils sont sages, surtout depuis qu’on assigne à résidence ceux qui auraient des idées radicalisées, genre faire remarquer que les engagements des accords n’engagent à rien et qu’en plus ceux qui se vantent de les avoir fait signer ne les respectent pas. Mais les lycéens, va t’en savoir pourquoi, on a peur d’eux. Si on les mate pas dans l’œuf, ils se multiplient à grande vitesse et pire que tout, ils ont la révolte amusée et se foutent franchement de la gueule des pouvoirs établis. Deux ans plus tôt on avait choisi la fessée préventive, un bon petit coup de matraque télescopique par derrière, quelques coups de pied dans le ventre quand l’individu est à terre histoire qu’ils étudient la condition de leurs potes des banlieues. Seulement, il suffit d’un petit bobo à un fils de bourge égaré et la grand-mère fait un scandale de pas possible. Alors là on a choisi l’humiliation avec inconfort sévère, un truc que l’ONU classe dans les tortures, mais qu’on pourrait faire passer pour un avertissement avant exclusion, pour leur bien, quoi. On ne sait pas trop si l’auteur des instructions non écrites s’est inspiré des brésiliens ou des mexicains. On n’avait juste pas prévu que les lycéens pourraient rejouer la scène pour en faire un emblème et qu’en plus ce serait contagieux. Les climateux ont aussi fait un truc surprenant. Au lieu de râler contre ceusses des giratoires qui ne veulent pas que le prix des carburants augmente, ils se sont émulsionnés avec eux et ça a fait une sacrée vinaigrette. Même la présence de fachos n’a pas dissuadé l’émulsion. À certains endroits, ils ont manifesté ensemble et le jaune-vert qui mélangé fait caca d’oie, là il faisait une belle mosaïque. Dans les giratoires, en plus de protester contre les taxes qui les frappent, ils ont demandé qu’on remette celles qui donnaient quelques coups d’épingles aux hyper-riches. Et une sorte de vague sonore a fait entendre son flux et son reflux : lutte contre l’injustice sociale et écologie pourraient marcher ensemble. Personne ne sait exactement comment, mais le pire c’est qu’ils s’en foutent, ils disent qu’ils trouveront bien si on les laisse chercher. Pas question donc.

On a dit à l’androïde qu’il fallait lâcher du lest, mais que pas de blague, pas un sou ne devait être pris dans nos poches. Il a fait ça à merveille : une augmentation du salaire minimum sans qu’il augmente, ressortir les heures supplémentaires défiscalisées et demander à quelques donneurs d’ordre de donner des primes de Noël tout aussi défiscalisées. Avec une mobilisation médiatique massive et une petite mise en scène de critiques européennes, ça a tenu environ 12h. Heureusement que Noël arrive.

  1. Tourne, tourne, ronde, Tombe, le monde, Tombe la terre, Tous s’assoient par terre ! []

Comments are closed.

meta