La baie – Laure Morali

vendredi 3 janvier 2014 § 1 commentaire

photo Laure Morali
qui est là
dans mon corps ?

à l'abri ce matin
plein de lumière

caravane blanche
sur mer bleu-gris

corneilles arrachées 
à la pluie

chemin de Tal Ar Grip

un tracteur rouillé
des mobile-homes
sur terre qui flanche

attention sentier
côtier dangereux
risque 
d'affaissement

écriteau rouge la marée
d'une guerre très calme

trace de botte 
dans la boue

mouette tridactyle
imprime son cri
dans l'air mouillé

je rayonne où
je me perds

mauves landes
brûlées de froid

décembre rougit
une dernière fois
avant la tempête
des grandes marées
de l'année 7

à boire mon pin
coiffé de vent
tu t'étires 
vers les champs ras

il pluie
fer à cheval
ton paysage

l'ami qui marche

un grain
une griffe
faucon pèlerin 
dans la falaise

savoir planer
sans bouger

observer 

le souffle soulevant
des montagnes
d’écume

gros sage gris
Creac'h Ar Bleis
boxé par le soleil
en plein la baie

mottes 
œufs 
de poules

plumes de paon

parfum de monde 
mouillé

la rouille de
l'orage qui 
s'est abîmé sur
l'année mourante
et a gonflé la mer

un rêve éveillé
traîne 
ses pieds de feu

dans la lande
reflet d’Irlande 

cette phrase au sol 
de la lumière 

rafales de 100 km/heure

premier de l’an
la mer au corps
photo2_w530

Texte et photos : Laure Morali


C’est la deuxième fois que j’ai la chance de débuter l’année par un vase communicant avec Laure Morali. Laure Morali est poète et auteure des textes en prose, animatrice d’ateliers d’écriture, voyageuse au long cours, partageant son temps entre le Québec, Haïti et la Bretagne. L’année dernière, nous avions tenu chacun un journal des sons de la neige. Alors presque débutant des vases communicants, je lui avais proposé cet échange après avoir découvert son site Les Portes, en ne connaissant que peu ses écrits. Depuis je l’ai lue régulièrement et eu la chance de découvrir Comment va le monde avec toi ? dont j’ai publié une note de lecture ici. Nous avons décidé cette fois de nous ancrer respectivement dans la mer et la montagne. Laure Morali écrit la mer, le départ vers d’autres rivages, la rencontre ou les retrouvailles des êtres et des cultures avec une liberté, une fluidité, une humanité ancrée dans ses émotions que l’on retrouvera dans le texte qu’elle me permet d’héberger ici. Merci. Mon propre texte, Traversée est dans Les portes.

Comme chaque mois, grâce au généreux travail de Brigitte Célérier, vous avez accès à la liste des vases communicants.

§ une réponse à La baie – Laure Morali

  • La mer au corps, l’amer à l’âme après les dégâts. Je ne suis pas sur les mêmes rives mais vous pourrez voir aussi sur mon blog, outre le vase communicant avec Sophie Régnier, des photos des tempêtes de fin d’année, publiées les 26 et 27 décembre.

meta