Rêves

mardi 7 juillet 2015 § 0 commentaire § permalink

sens batifolant
dans l'éveil des rêves
la voit en chacune
qui pas tant n'en veut

Dérive

lundi 6 juillet 2015 § 0 commentaire § permalink

en pas de hasard
fuyant le maléfice
de douce dérive
en gouffre tentant

Diatazolalie

samedi 4 juillet 2015 § 0 commentaire § permalink

à qui le questionne
jouet de son attente
ne répond que dits
qu'il croit attendus

Retour

samedi 4 juillet 2015 § 0 commentaire § permalink

revient épuisé
en ville bavarde
par l'envie d'un dieu
puni se découvre

Source

vendredi 3 juillet 2015 § 0 commentaire § permalink

il suit à la trace
la source du vent
mais toujours la brise
jaillit d'au-delà

Quête

jeudi 2 juillet 2015 § 0 commentaire § permalink

disparue soudain
partout la recherche
l'esprit dérangé
au ventre le manque

Présentations

mercredi 1 juillet 2015 § 0 commentaire § permalink

bredouille : "Aura ?"
"non c'est Amandine"
reste circonspect
hasarde un sourire

Soins

mardi 30 juin 2015 § 3 commentaires § permalink

Comme un lecteur fidèle et perspicace l’a remarqué, certains des quatrains publiés depuis un mois sont d’une nature différente. Bien qu’utilisant la même forme, ils forment un ensemble, une sorte de conte vaguement mythologique dont chaque quatrain est un tableau. Le projet d’un conte à la fois mythologique et présent est le produit d’influences croisées de lectures et visionnements qui m’ont réjoui : Achille de Marie Richeux, les Noces de Mantoue de Marie Cosnay et les Métamorphoses transposées par Christophe Honoré qui m’ont renvoyé à la lecture des Métamorphoses (voir aussi cette traduction d’un extrait). La forme est bien sûr très différente de celles des œuvres qui m’ont inspiré.

Pour faciliter la lecture dans l’ordre, si vous cliquez sur la catégorie conte dans le menu de gauche ou ici, vous obtiendrez les quatrains correspondants en ordre chronologique et non inverse. Je remets la renumérotation des quatrains à plus tard. Mais voici la suite du conte.


Soins

arcade sang sale
caresses onguents
knock-out le préfère 
le voilà conscient

Faux pas

lundi 29 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

entre les fourrés
à pas lents s'éloigne
arrière regard
percute un arbre

Sondage

dimanche 28 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

de mots acérés
elle le déchire
sondant l'insoumis
pourtant trop docile

Instantané

vendredi 26 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

se tenant figé
stature inquiète
épris sur le fait
des yeux la dévore

Éclat

jeudi 25 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

alors un éclat
derrière les trembles
reflet d'un regard
chasseur ou bien prise ?

Résurgence

mercredi 24 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

se relevant vive
muscles douloureux
l'esprit en bataille
yeux écarquillés

Feu

mardi 23 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

terrassée brûlante
d'un feu intérieur
nerfs rongés à vif
elle paraît sans force

Saisons

samedi 20 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

prairie de montagne

le printemps s'achève
retenant l'été
il sème ses fleurs
en prairie vibrante

Albâtre

vendredi 19 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

aube sur la ville
poussière de craie
recouvrant de brume
son sommeil inquiet

Orage

mardi 16 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

déchaînement d'elle
éclair silencieux
en courant de terre
tempête des sens

Bleuet

lundi 15 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

bleuet parmi les blés
s'y tenant éparse
nymphe égarée
dans sa robe boueuse

Plainte

dimanche 14 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

la voix s'élargit
de filet en fleuve
les mots sont de plainte
mais le son de soie

Murmure

samedi 13 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

soudain un murmure
le son d'un ruisseau
ouï de tous sauf elle
ce filet de sa voix

Chaud et froid

vendredi 12 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

belle journée chaude
frimas en dedans
de sa voix l'absence
glace le soleil

Lieux

mardi 9 juin 2015 § 2 commentaires § permalink

Ceci est le vingt-huitième texte de la série Vacance. Ni histoire, ni prédiction, ces textes accompagnent la naissance des néotopies à la façon d’un contrepoint.


Il faut des lieux, disent les historiens. Des lieux élastiques, qui ne déterminent pas leurs usages, des lieux de socialité indéterminée. Des lieux sans étiquette, parce que ceux avec étiquette n’y vont que ceux déjà étiquetés. Pour que les gens y aillent, if faut d’abord qu’ils affichent une fonction banale, comme la supérette ou le café, mais qu’on soit conduit à y rester. Des lieux où l’on vient pour un quart d’heure, mais on reste des heures, où l’on vient pour lire tranquille et finalement on ne lit pas ou plutôt si mais la personne d’à côté vous demande si c’est bien ce qu’on lit ou pourquoi on le lit, et ça y est on ne lit plus. Ou alors à haute voix. A la campagne, il y en a de ces lieux, en ville c’est plus difficile, disent les sociologues, à cause des étiquettes. Autrefois, devant l’école, c’était un lieu élastique.

électro douce rue Instin
» Lire la suite «

Sextain / 19

lundi 8 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

du souvenir rêvé la mémoire intacte
empreinte de cendre mirage d'absolu
récit inentamé remembrance d'ombre
espérance fraîche célébrant l'à venir
songerie de nos cœurs inaltérée tendresse
chronique si pure célébrant l'utopie

» Lire la suite «

Souffle

mercredi 3 juin 2015 § 0 commentaire § permalink

tremblement d'absence
douleur rapprochée
l'étreinte du vent
présent de son souffle

Sextain / 18

mardi 26 mai 2015 § 0 commentaire § permalink

temps hybride où les souffles pressants s'échauffent
et les courants mauvais battent l'heure passée
dans l'instant alarmé flotte une senteur trouble
l'autan des possibles affole nos jours naifs
la marée promise berce le moment opaque
du futur la brise agite le temps neuf

» Lire la suite «

Intime et surveillance

jeudi 21 mai 2015 § 0 commentaire § permalink

Intervention dans le cadre de la soirée organisée le 2 mars 2015 par le projet Tenons et Mortaises et la BPI dans son cycle Place aux revues sur le thème L’intime est-il révolutionnaire ? Vous pouvez aussi visualiser la vidéo de l’ensemble de la soirée. Ce poème phonétique avait été composé pour et lu dans le cadre du symposium « Au delà de Big Brother : la surveillance entre fiction et réalité » à Lisbonne en novembre 2014. Son texte est ici. Excuses pour les bruits dus au frottement du micro sur ma joue.

Intime et surveillance.

Milan

dimanche 17 mai 2015 § 0 commentaire § permalink

milan familier
ton salut de voiles
caresse des ailes
trois tours et s'en va

Jardin

dimanche 17 mai 2015 § 2 commentaires § permalink

beau temps après pluie
terre brune tendre
le jardin défait
revit en légumes

Les ombres du consentement

dimanche 10 mai 2015 § 0 commentaire § permalink

nous sommes des ombres
liés de fils insus
d'absurdes décrets
gouvernent nos actes

Écrit en moi par la représentation d’Antigone de Sophocle mise en scène par Ivo de Hove au Théâtre de la Ville.

Kerameikou

dimanche 26 avril 2015 § 2 commentaires § permalink

Scène vue à Athènes dans une rue du centre, tout près de Zinonos, la rue des bazars les moins chers du monde, un kilomètre d’essuie-tout à 3,50 €, 1 € la paire de chaussettes en fil d’écosse. Russkiye Produkti annonce fièrement l’un d’eux mais ce sont les chinois qui importent-exportent. Le dimanche on s’y presse pour faire des affaires, et c’est aussi par là que certains migrants survivent un temps. Ce n’est pas la vérité d’Athènes, des structures de solidarité auxquelles j’ai rendu visite dans divers quartiers, des repas interminables et joyeux aux terrasses de Gazi ni de la nuit tombante sur l’Acropole, mais l’image de ce couple ne me quittera pas.

substance inconnue coupée dans la capsule
fondant au feu vif de la flamme de briquet
lui africain elle sans doute des Balkans
accroupis dissimulés entre deux voitures
se tenant compagnie en terre de malheur
ignorés par les flics aux motos rutilantes